Aller au contenu principal
Mélissa Laveaux bien

Mélissa Laveaux bien

Nova Aime son dernier album “Dying Is A Wild Night”

Par Quentin M

Second album de la chanteuse canadienne Melissa Laveaux, Dying Is A Wild Night tranche par son côté pop rock pêchu, dynamique et assumé comme tel. Sorti en février 2013 sur No Format!. 

Alors que son premier album Camphor & Copper,sorti en 2008 sous la houlette du label No Format!, jouait la carte du « folk blues à la rythmique haïtienne », ce second album est débordant d’énergie, des orchestrations explosives et un savant mélange d’envolées acoustiques et synthétiques.

La voix délicate et sensuelle de Laveaux assure néanmoins le trait d’union entre ces deux opus d'un style et d'une économie d'ensemble résolument différents. Rapide tour d'horizon :

“Postman”, premier titre de l’album, assure une accroche efficace, toute de percussions vêtue. Nova ne s’y est pas trompé : après l’avoir joué à tue-tête sur ses ondes, elle a invité la chanteuse à venir l’interpréter dans ses studios. La vidéo du live ici.

Côté rock, on retrouve l’excellent “Hash Pipe”, une reprise du sumoesque morceau de Weezer auquel Mélissa Laveaux applique un traitement de choc synthétique, mâtiné par sa petite voix, fluette pour l’occasion, qui rappelle très, mais alors très étrangement, une certaine Britney S. Viennent ensuite dans cette catégorie boostée à la basse et aux percus, les morceaux “Pretty Girls” et “Sweet Wood”.

Plus tranquilles, “Dew Breaker” adopte un ton soul envoûtant, quand “Pie Bwa” (bonzaï en créole) opère un retour folklorique et suave aux origines parentales, ses géniteurs étant haïtiens – elle est née à Ottawa.