Aller au contenu principal
Des nouvelles d'Amina

Des nouvelles d'Amina

La Femen tunisienne a témoigné “groggy” dans un reportage sur Canal +

Par Nova rédaction

 Mi-mars, Amina, première Femen tunisienne, exposait ses seins sur sa page Facebook. Sur son corps étaient peints les mots « mon corps m'appartient, il ne représente l'honneur de personne" ou encore "Fuck your morals".


Peu de temps après, elle disparaissait,Recherche Femen désespérément” avions-nous rapporté ... Les rumeurs évoquaient un séjour en centre psychiatrique à Tunis, ou un enlèvement par des salafistes.  


Ce samedi, enfin, Amina a témoigné. Dans un reportage de l’agence CAPA pour l’émission « l’Effet papillon » sur Canal +, la jeune fille de 19 ans apparaît comme exténuée et léthargique, et parle sous contrôle de son père.

La jeune Femen tunisienne est-elle séquestrée par ses parents ?

L’équipe de journalistes la retrouve à 3h de Tunis, où elle vit recluse avec sa famille. Dans la vidéo, elle affirme avoir été enlevée par les siens et avoir été frappée par son cousin après la mise en ligne de sa photo/combat sur les réseaux. Son entourage prétend la protéger des menaces de mort qu’elle a en effet reçues. Au regard de la loi tunisienne, son geste pourrait lui coûter six mois de prison pour "atteinte aux bonnes mœurs".

Assumer sans se mettre en danger

Amina dit ne pas regretter pas son action, et vouloir être Femen encore à 80 ans! En revanche elle a réagi à l’opération “Topless Jihad” menée ce jeudi 4 avril par deux Femen françaises et une Femen tunisienne basée à Paris. Elles avaient brûlé un drapeau noir frappé de la profession de foi musulmane devant la Grande mosquée de Paris, et demandé la libération d’Amina.

"Elles ont brûlé le drapeau de l'islam devant une mosquée à Paris. Je suis contre" a commenté la jeune femme. Mais dans ce contexte menaçant peut-elle vraiment fdire autre chose...?

Amina souhaite quitter la Tunisie au plus vite et rejoindre un internat en France. On l’attend de seins fermes !


Pour voir le reportage de « l’Effet papillon », c’est ici.