Aller au contenu principal

Pantha du Prince et des cloches

Marie a vu le producteur allemand Pantha du Prince accompagné de the Bell Laboratory. Un concert particulier.

Par Marie Arquié

Le gift shop de ce grand mix entend depuis hier sonner les cloches de demain.

Elles n’étaient pas à proprement parler bibliques mais nous étions dimanche et se déroulait une véritable messe minimale allemande avec le concert de Pantha du prince à la Cigale accompagné de the Bell Laboratory. (Ca veut dire un laboratoire de cloches, je sais, je manie l’anglais avec une certaine virtuosité.)

Pour rendre à l’histoire ce qui lui appartient, ce sont bien les carillonades des églises de l’Europe du nord qui ont inspiré à Pantha du Prince ce projet, cette envie de travailler, à son habituelle manière organique, une matière sonore unique à la fois familière, partagée et inaccessible qui forme dans notre inconscient européen une langue commune. Avec Bell il est aussi question de communication, et il en malaxe l’écho religieux, mêle l’Histoire sonore de ces cloches à l’électronique sienne, forme un autre langage qui tend vers l’universel de l’appel. Ca a donné, trois ans après Black Noise, un quatrième album, Elements of Light En collaboration avec The Bell Laboratory, sorti chez Rough Trade

De retour dans la salle. Hier. Hendrik Weber, de son vrai nom, n’a pas ménagé ses effets, et la scénographie se calque sur l’insolite bell instrument, sobre mais aux perceptions multiples, aux échos profonds, elle devient ouatée et mystérieuse, elle sent l’encensoir.

C’est dire comme le show convoque cet enjeu spirituel, dans le passage hypnotique de l’ombre à la lumière, dans les tenues encapuchonnées d'un carillonneur, d'un organiste, d'un vibraphoniste et d'un percussionniste qui à eux quatre, vous le devinez, forment le Bell Laboratory avec le compositeur norvégien Lars Petter Hagan. Une fois l’attention retenue, le climat narratif instauré, tous les effets convergent vers le sermon musical : un va et vient entre planantes plages méditatives et explosions rythmiques nocturnes à faire trembler une salle en transe. Le sentiment religieux est athée mais intact. Pourtant un humour diffus allège l’expérimental dominical, équilibre un concert remarquablement remarquable.

ça, c'est un rappel ...

 Lyonnais, lyonnaises, chance, Pantha du Prince est aux Nuits Sonores le 11 mai dans les anciennes usines Brossettes, ça promet d'être époustouflant.

 Sinon, Elements of Light, Pantha du Prince en collaboration avec the Bell Laboratory, Rough Trade, 14 janvier 2013