Aller au contenu principal

Révolution silencieuse en Bulgarie

Quasiment aucune info dans les médias sur un pays pourtant théâtre de nombreux et violents affrontements depuis 10 jours

Par adrien Gingold

Pendant ce temps-là, en Bulgarie, le peuple se soulève, le premier ministre démissionne, et personne n'en parle. Ou si peu.

Boïko Borissov, premier ministre bulgare, a démissionné ce mercredi après 10 jours de violentes manifestations contre la pauvreté à Sofia et dans le reste du pays, déclarant : "Nous avons de la dignité et de l'honneur. C'est le peuple qui nous a confié le pouvoir, aujourd'hui nous le lui rendons".

Tu parles d'une patate chaude.

Ca fait en fait 10 jours que les bulgares battent quotidiennement le pavé, après que les factures d'électricité, qui ont doublé en janvier par rapport au mois précédent, aient mis le feu aux poudres.

A Sofia, les manifestations ont déjà fait une trentaine de blessés, dont cinq policiers. En province, deux hommes se sont immolés ; l'un d'entre eux est mort.

Le taux de chômage en Bulgarie - le pays le plus pauvre de l'Union Européenne, avoisine les 12%. Les plus touchés ? Les chefs d'entreprise. Bah non, patate : les jeunes.

On est d'accord : personne ne parle de cette révolution en Bulgarie ?

 

(merci Christian et son réseau "bulgare" pour l'info)