Aller au contenu principal

Krystle Warren | Marseille

Qu'importe l'étiquette pourvu que le breuvage qu’elle glorifie, enivre comme il se doit !

14 avril 2018
Par Baba Squaaly
KW

À La Méson, l’appellation de "carte blanche" vaut tout autant pour l’artiste ou le groupe qui en est le destinataire, que pour le programmateur ou l'équipe de programmation qui la décerne, car dans la plupart des cas – si ce n’est pas tous – elle résulte d’un choix pertinent, sans ornière, d'une prise de risque audacieuse, d'un pari qualitatif pris avec une grande liberté. C’est parce qu’il en est ainsi, que chacune de ces cartes blanches, qu’elles soient offertes à des artistes du cru ou à des stars en devenir venues de bien plus loin que des limites de notre ville, département, région et même souvent pays voire continent, affichent complet parfois même avant l’ouverture des portes, le jour J.

À la Méson, on sait que cette naturelle exigence, que cette exigence inscrite dans leur ADN, paie. Quand en plus, elle se marie à un accueil de grande qualité, réservé tant à l’artiste qu’au public, on devine qu’on a affaire à une grande maison, « une grande Méson » renvoie l’écho.

La carte blanche de ce soir, nous donne l’occasion de découvrir dans cette antre du flamenco et des musiques inventives : Krystle Warren, une artiste à la voix de contralto, qui se moque comme de sa première messe des étiquettes, pour peu que le breuvage qu’elles glorifient, enivre comme il se doit.

Que certains parlent de blues ou de jazz au sujet du répertoire de cette auteure-compositrice, chanteuse et multi-intrumentiste comme le prouve son dernier engistrement studio, ou que d’autres le "classe" dans la folk ou la country : Krystle s'en moque. Krystle est une bourlingueuse dans la vie comme en musique.

Originaire de Kansas City et élevée dans une famille de Baptistes, Krystle réside désormais en France. Et c’est avec Three The Hard Way sous le bras, qu’elle revient à Marseille. Enregistré et produit en France par son ami, Ben Kane, ce troisième album au nom qui en dit long quant à l’exigence de son processus de création, transcende les genres, tout en s’attachant à surtout mettre en valeur la substantifique moelle de chacun d’eux.

Un concert qui devrait rejoindre la longue listes des concerts à la Méson au sujet desquels le public se targuera dans quelques années encore, d’avoir été.

Samedi 14 avril à 20h30 à la Méson (52, rue Consolat – 13001 Marseille - Tél : 04 91 50 11 61- Email : contact@lameson.com). 15 €. Ouverture des portes : 19h30 — Début du concert : 20h30 - Adhésion annuelle 3 € (un verre offert)
Buvette & Restauration avant les concerts by Denise.