Aller au contenu principal
Nouvo Nova : « Kryé Mwen » de David Walters

David Walters fait briller un soleil créole au-dessus de New York

Nouvo Nova : « Kryé Mwen » de David Walters

Par La rédac

Éternel explorateur des cultures créoles, David Walters revient avec un nouvel album inspiré par New York, ville aux confluences des métissages du monde. Après son aventure aux sein du projet Nola is Calling enregistré à la Nouvelle Orléans avec des membres de la communauté des Black Indians, le producteur et musicien français pose à présent ses valises sur la côte Est américaine, pour y faire briller un Soleil Kréyol. 

Une manière de retracer les pas de son grand-père, danseur de claquettes et cuisinier antillais, qui un jour a migré vers New York. Une ville qui n'aura de cesse de fasciner Walters, attiré par l'héritage du funk, du disco ou de la house — une ville ou l'on pouvait aussi croiser, fût un temps, Basquiat ou Coati Mundi, eux mêmes héritiers de ce soleil caribéen. Concevant le disque comme un pont entre Antilles, Afrique et Amérique, le musicien a fait appel au producteur Patchworks (Voilaaaa, Da break...) venu co-réaliser cet album avec lui, mais aussi aux cordes de Vincent Ségal, au cuivre d'Ibrahim Maalouf ou encore à la voix de Seun Kuti. 

Premier extrait de l'album Soleil Kréyol, « Kryé Mwen » déroule un groove disco-house entêtant, évocateur des soirées new-yorkaises de l'époque Paradise Garage, chanté en créole et en douceur. Une invitation à crier moins, et à danser plus. 

Visuel © « Kryé Mwen »