Aller au contenu principal

« Mozinorium », place à la post-rave

Le collectif Sport National investit le célèbre toit de Mozinor ce week-end.

Par Morane Aubert

En fin d’année dernière, on s’offrait une balade dans l’ancienne imprimerie d’Asnières, investie pour un soir par le collectif Sport National. Depuis près de deux ans, ses quatre fondateurs promeuvent les musiques électroniques « divergentes », de l’ambient à la noise en passant par l’abstract et l’indus…

L’idée : revisiter la culture rave et remettre la musique au centre par le biais du numérique. À l’aide de ses différentes formes artistiques : vjing, Kinect, mapping et réalité virtuelle… L’un de ses fondateurs, Arnaud Guerry, nous confiait alors : « Trop souvent la musique est oubliée dans la culture du clubbing, au profit de la fête pure et simple ». 

Sport National

Pour ce retour aux racines de la rave, Sport National s’invite cette fois sur le toit de Mozinor à Montreuil, « le théâtre des premières raves parisiennes », comme le surnomme RBMA dans un long papier consacré au bâtiment : « La première des fêtes de Mozinor, organisée par Rave Age, a lieu le 5 avril 1991. Le flyer, qui promet, contre 75 francs, une "ravolution", invite les danseurs à une "notte italiana", au son des DJ Francesco Farfa, Miki et Robby J. » 

Les samedi 14 et dimanche 15 octobre, Sport National investit donc ce lieu myhtique, avec les performances de 11 musiciens qui proposeront une musique ambient, dub, noise, electronica et expérimentale. Toutes les infos sont à retrouver sur l'event