Aller au contenu principal
Le clic chevaleresque de Flavien Berger

Le clip chevaleresque de Flavien Berger

Le clip de « Brutalisme », réalisé par celui qui avait réalisé « La Fête Noire ».

Par Bastien Stisi

Il y a quatre ans, on tombait raide dingue devant le talent d’un Français, Flavien Berger, auteur alors d’un EP, Mars Balnéaire, intense et poétique, qui prenait son temps avant d’afficher toute sa grandeur, et qui atteignait son sommet via « Océan Rouge », morceau de quatorze minutes qu’il faut absolument écouter au casque, les yeux rivés sur un clip proposé par Robin Lachenal, du collectif_sin~. On était persuadés, déjà, de la pertinence d’un artiste à l’univers singulier et perché, et on allait bientôt l’être davantage encore, au moment où sortait, chez Pan European Recording, un premier album porté une nouvelle fois par un morceau allongé et superbe (« Léviathan ») et par quelques petits tubes qui fonctionnent encore parfaitement aujourd’hui (« Vendredi », « Gravité », « Bleu sous-marin »). Quelques collaborations malignes aussi, plus tard, avec Étienne Daho, Rone, Maud Geffray... 

Parmi ces titres, aussi, le très pop « La Fête Noire », un morceau qui a beaucoup tourné sur Nova et dont le clip narrait la visite, inopportune, d’un individu muni d’un équipement de plonger au sein « d’une fête foraine devenue noire ». C’est une nouvelle fois Robin Lachenal qui réalisait ce clip-là, un vidéaste, semble-t-il, fasciné par ces individus qui se pointent là où ils n’ont, a priori, rien à faire, en témoigne ce clip (celui de « Brutalisme »), qui est dévoilé aujourd’hui, et qui met en scène cette fois un chevalier tout droit venu du Xe siècle, armure sur le corps, au sein d’une romance qui le conduit notamment…à la plage.

Il s’agit ici d’une histoire d’amour, d’architectures brutalistes, de coquillages ramassés sur les plages (d’Acapulco, peut-être), et d’un morceau qui introduit le deuxième album de Flavien Berger (Contrebande 01. Le disque de Noël, doit-être considéré comme une mixtape) qui arrivera très bientôt, mais dans tous les cas après la carte blanche que lui offre le festival Days Off le 7 juillet. On vous donnera des news, promis.

Visuel : (c) capture d'écran Youtube