Aller au contenu principal
« L’année du robot » : l’être humain et son double artificiel

« L’année du robot » : l’être humain et son double artificiel

Chaque jour sur nova.fr, une exclu d’un film du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand. Aujourd’hui : « L’année du robot » d'Yves Gellie.

Par La rédac

Place forte du court-métrage français et international depuis 1982, deuxième festival de cinéma en France après celui de Cannes, le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand accueille de nouveau cette année une programmation dantesque, pleine de 424 films, dont 161 en compétition. En marge des deux émissions que l’on proposera, depuis Clermont-Ferrand, le jeudi 6 et le vendredi 7 février — 9h-13h, dans le cadre de la Grasse Matinale avec Armel Homme et Sophie Marchand — on vous dévoile chaque jour en exclusivité l’un des films de cette programmation sur nova.fr. Aujourd’hui : « L’année du robot » d'Yves Gellie.

Synopsis

Au croisement de l’art et de la science, L’année du robot traite de l’être humain et de son double artificiel, le robot. Telle une série d’archives détaillant les premiers contacts et dialogues entre un robot et des êtres humains, il étudie le phénomène de la dissonance cognitive, infime et mystérieux espace relationnel qui se déploie entre ces deux acteurs. Il fait intervenir des personnes âgées, parfois atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence et de jeunes adultes autistes ou souffrant de troubles neurologiques.

Tous les films sont à revoir sur le corner FESTIVAL DE CLERMONT disponible sur MyCanal.

La programmation complète du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand est ici.

« L’année du robot » : l’être humain et son double artificiel

Visuel © L’année du robot d'Yves Gellie.