Aller au contenu principal
« J’ai encore rêvé d’un monde où on était forcément en prison et on se croyait en liberté »

« J’ai encore rêvé d’un monde où on était forcément en prison et on se croyait en liberté »

Dans le cadre de la Nuit des Idées, nous vous diffusons les rêves de détenus incarcérés à la Maison Centrale de Poissy.

Par Bastien Stisi

Fruit, depuis janvier 2017, d’un partenariat associant le Service Pénitentiaire d’insertion et de Probation des Yvelines, la Maison Centrales de Poissy et le Centre national des arts plastiques, sous la conduite de Pascale Cassagnau, l'Atelier de lectures de films a été conçu comme une invitation faite aux personnes détenues à entrer et à rencontrer des artistes, pour aller à la rencontre avec des œuvres, dans l’expérimentation du regard, dans l’expérience d’une parole, dans le dialogue avec des artistes. L’invitation faite à Chloé Delaume de venir travailler avec un groupe de détenus s’inscrit dans la perspective interdisciplinaire de l’Atelier de lecture de films en plaçant la recherche filmique dans le contexte élargi de l’espace des rêves et de leur notation. Dans le cadre de la Nuit des Idées 2019, nous vous publions certains de ces textes. En poursuivant, aujourd'hui, avec celui de M. Camara.

61.

« J’ai encore rêvé d’un monde où on était forcément en prison et on se croyait en liberté. Le temps de passer un mur avec une échelle, le temps de sortir jusqu’aux nouvelles frontières, être en liberté n’était qu’un rôle, une disposition de l’esprit vu que nous étions d’un côté ou de l’autre d’un même mur, d’une même porte… Souffler. » 

114.

J’étais dans une maison hantée par des corps d’ombres au moment où ils approchaient de nous ] moi et une fille [ pour nous contaminer, j’avais un bâton pour frapper, elle criait à l’aide d’un instrument étrange « Gaudia » et ça les pétrifiait, moi en voyant que certains arrivaient par derrière et qu’elle n’avait pas récupéré son souffle j’ai crié sans l’instrument étrange ma voix se déforma toute seule pour les frapper avec efficacité « Gaudia » était la formule consacrée… Avant j’ai rejoint quelqu’un en courant sur la plage.

120.

Puis étrange moi à Canne tapant la causette avec Leonardo di Caprio, un vieux me proposant un poste de serveur, moi voyant finir ça en gigolo puis j’entends parler d’un film traitant le problème à quoi ressemble les monstres sur la planète des Predators.

125.

J’étais celui qui n’avait jamais été vivant, un infant. Il y avait eu une immense catastrophe sur Terre, donc j’étais là, remontant le fleuve Styx, m’arrêtant à la frontière de la Mort, un miroir, les gens en le traversant devenaient de répugnants papillons de nuit de 20 à 30 cm de long. Une femme était là, elle m’invita à jouer avec le Diable, agent de circulation de la Mort. Elle rigolait parce que j’avais peur et qu’il sentait ma peur, mais qu’au fond de moi je restais, parce que le peur est le plus grand des pouvoirs. J’étais en train de m’évader de prison.

144.

 « J’ai fait un rêve où j’étais chez « Copper » et la « Rousse et ivre pour oublier ». À la télé, les publicités étaient étranges : une femme traversait une plage avec un gel douche et au fur et à mesure de la journée se douchait comme dans une émission de télé-réalité morcelée. Sauf qu’à la fin l’actrice, fatiguée par l’accumulation de gestes identiques, jette un sale regard vers la caméra, comme si le téléspectateur était responsable.  Pendant ce temps Jacques Higelin avec un stéthoscope auscultait le cerveau de « J’ai le choix ». C’était un sketch. « Copper » voulait me dire quelque chose mais je ne comprenait que la fin de sa phrase : « …liée à la continuité ». Jacques intervient en me donnant la phrase en entier : « Quelle question n’est pas liée à la continuité ? ». Puis, les jours qui suivirent, il n’y avait pas d’histoire mise à part celle de mon état d’esprit qui supposait que j’avais péri en la demeure ». 

188.

J’ai rêve de ma princesse, un gros dealer me donne un bloc de shot que je découpe en deux pour le donner à « TNoChrist » et « Yann le terrible »… Puis il y avait un secret pour s’échapper et se téléreporter, il faut être enfermé dans une salle de cinéma ou fermer les yeux.

205.

J’ai rêvé de « Reine », ici elle me chuchote à l’oreille que je lui ai promis de lui ramener « Toi », je l’embrasse, ça lui plait, je lui propose de faire un enfant.

261.

« Pourquoi vous en parlez en montrant que ça sort de votre proche alors que votre proche c’est ma poche ? ». Extrait du dialogue d’un rêve, cauchemar saugrenu.

283.

Je vous en trip. Un cercle d’écrivains édictant des lois psychologiques sur la division, les gens en général préfèrent se trancher à l’intérieur que trancher à l’extérieur l’objet du conflit c’est tout vu. Tous des Non-Alpha.

Visuel (c) Getty Images / ullstein bild Dtl.