Aller au contenu principal

Ninédits d’Anaïs Nin

Deux textes scandaleux de cette pionnière américaine de l’érotisme traduits pour la première fois en France.

Ninédits d’Anaïs Nin

« Jouir n’est possible que si on accepte ses désirs. » Et l’éventail des possibles offre une certaine ombre quand il s’agit de désirs décrits par Anaïs Nin (1903-1977), pionnière de l’érotisme, dont deux textes (n)inédits, retrouvés à la faveur d’une vente aux enchères à Baltimore en 1985, viennent enfin d’être traduits aux éditions Finitude sous le titre Auletris, en librairies le 4 octobre. Deux nouvelles, Marcel et La Vie à Provincetown, écrites au début des années 40 pour un « vieux millionnaire du sud profond des États-Unis » à raison d’un dollar la page, qui exhibent une palette de plaisirs toujours scandaleux : urophilie, asphyxie volontaire, voyeurisme, sadomasochisme ou pédophilie, assumés, libres ou cachés.

Américaine d’origine franco-cubaine, (très) proche de Henry Miller ou d’Antonin Artaud, Anaïs Nin est l’autrice d’un journal intime monumental, dans lequel elle notait, en 1941 : « Je rameute mes amis poètes et les persuade d’écrire des textes érotiques, de propager l’érotisme et de diffuser ces écrits qui sont habituellement prohibés (…) Une véritable entreprise de prostitution et moi dans le rôle de la Maquerelle fournissant au Vieil Homme ses moments de félicités, sa drogue... ».

Cinq extraits d’Auletris seront lus ce soir, cinq shoots dealés par celle qui aimait « de manière surabondante, surattentionnée, sur-éloquente, surhumaine ».

Ninédits d’Anaïs Nin

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot & Guillaume Girault.

Visuel : (c) couverture de Anaïs Nin, masquée, si nue d'Elisabeth Barillé, éditions Le Livre de Poche.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

« Mets tes deux mains à l’intérieur, ouvre-moi comme un livre »

Collection lumineuse d’histoires de cul 100 % vraies, « L’Herbier sauvage » de Fabien Vehlmann s’offre un second tome illustré par David Prudhomme. Et toi, tu kiffes quoi ?

Pas bien Splendid

Pas bien Splendid

Dans son bref « essai sur la France des Bronzés », le critique Warren Lambert décortique ce rire fondamentalement bourgeois « qui endort, qui berce et qui matraque ».

Bayon : « La mélancolie règne »

Bayon : « La mélancolie règne »

Confesseur ténèbres de Gainsbourg ou Bashung, l’écrivain luxuriant libéré de Libération se livre sur « Ictus », récit à cœur ouvert d’une tétanisante amnésie passagère.