Aller au contenu principal

L’Avantage du doute : « Fonder un public »

Le collectif d’acteurs-auteurs reprend « La Légende de Bornéo », spectacle « à coutures apparentes » sur le travail et ses violences. Mais comment bossent-ils, eux ?

« Il y a une légende à Bornéo qui dit que les orangs-outangs savent parler mais qu’ils se taisent pour qu’on ne les fasse pas travailler. » Pleine de bon sens, cette rumeur simiesque est le point de départ de La Légende de Bornéo, spectacle créé en 2012 par le collectif l’Avantage du doute, de nouveau visible jusqu’au 4 mai au Théâtre de l’Atelier à Paris. Aimez-vous votre boulot ? Non mais je veux dire, vraiment ? Pourquoi la recherche d’un emploi ressemble-t-elle si souvent à un long calvaire kafkaïen ? Vous sentez-vous proche du burn-out alors que vous faites du cash, du chiffre, du profit, en remplissant allégrement – enfin, allégrement, ça se discute – les objectifs de la boîte ? Avez-vous remarqué la place que prend le travail dans votre vie, dans votre tête, dans votre lit ? Dans votre bouche, par l’entremise de quelle novlangue hideuse ? Comment fait-on pour écrire et mettre en scène, à cinq, sans « chef », depuis 2005, des spectacles susceptibles de réactiver nos capacités d’indignation et d’engagement face à la brutalité de l’époque ? C’est quoi le process

La légende de Bornéo

C’est la raison pour laquelle j’ai convoqué ce soir la quasi-totalité de la troupe de l’Avantage du doute – Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis et Nadir Legrand – pour une sorte de mini-séminaire d’entreprise à propos de leurs méthodes de travail, également visibles sur grand écran avec Tout ce qu’il me reste de la révolution, l’un des succès surprise de cet hiver avec près de cent mille entrées depuis sa sortie le 6 février, une comédie politique écrite et réalisée par Judith Davis d’après une précédente création de ces acteurs-auteurs tous présents dans le film. T’as reçu mon update sur la conf-call ? 

Tout ce qu'il me reste de la révolution

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Photo :  (c) Pierre Grosbois. Remerciements à l'hôtel Maison Montmartre pour leur accueil.

Théâtre de l’Atelier : 1 place Charles Dullin 75018 Paris.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.