Aller au contenu principal

Beat de boul' est dans la sono !

Il y a 20 ans le collectif sortait un EP historique.

1997, Pont de Sèvres, Boulogne. Depuis plusieurs années on voit déambuler dans ce quartier une clique en blouson de cuir et vêtements amples. Quand on passe à côté d’eux on constate qu’ils ne parlent qu’en rimes. Ici c’est chez eux, et en l’espace de quelques années, à force de couplets et de freestyles, ils ont placé Boulogne sur la carte du rap français.

Depuis 1995 et leur premier album, Dany Dan, Melopheelo et Zoxea, les sages poètes de la rue, sont devenus les emblèmes de la ville mais aussi des figures du rap français. Autour d’eux se réunit tout une bande de rappeurs, Malekal Morte, Sir Doum’s, Mala, Mo'vez Lang, Nysay Lagonz Viv, Less du 9… Mais aussi un ancien danseur de la cliqua, Booba et son Pote Ali, avant de rejoindre une écurie qui s’appelle Time Bomb. Ce crew qui traîne vers la place haute, c’est le Beat de Boul.

Et chaque jour qui passe est consacré au rap, encore et encore.

En 1997, le Beat 2 Boul marque définitivement son existence avec la sortie d’un maxi de 7 titres, Dans La Sono, porté par un morceau éponyme qui deviendra un incontournable de l’histoire du rap français.

Aujourd’hui Grünt raconte l’histoire de cette aventure, avec deux figures majeures du collectif, Zoxea et LIM de Movez Langue que nous avons pu avoir au téléphone. Et c’est ensemble que l’on se plonge dans les rue de Boulbi, ou toute l’histoire de Beat de Boul commence.

Grünt
Emissions

Grünt

par Jean Morel
Le samedi à 18H30

Bekar, la voix du Nord

Bekar, la voix du Nord

Cette semaine dans Grünt, il subsiste l’amour du kickage, l’amour de la rime et du rythme, avec un rappeur du Nord qui installe définitivement Brooklille et Roubaix dans le paysage du rap francophone.

Beeby, vivre la triple dollar vie

Beeby, vivre la triple dollar vie

Dans Grünt, le rappeur raconte son rapport thérapeutique à la musique, mais aussi sa ville d'Aubervilliers.

Ideal Jim : rappeur jusqu’à la mort

Ideal Jim : rappeur jusqu’à la mort

Si Ideal Jim a commencé à écrire, c’est déjà parce que le rap lui rappelait sa propre réalité. Son histoire est dans Grünt.