Aller au contenu principal

BAM BAM : les Affaires Musicales du 26 novembre

Avec les résultats de l'AFRIMA, la nostalgie version Metronomy et les danses Fortnite

BAM BAM, c’est le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel, du lundi au vendredi sur Nova. 

Aujourd’hui on va parler de reggae, de Metronomy et d’un tube, « Dancing In The Street », sur lequel on a tous forcément dansé. On remontera aussi dans le passé pour se souvenir d’un événement phare du hip hop américain, un moment mythique où se croisent 2Pac, Notorious et Outkast. Et puis cette semaine, l’invitée qui nous laisse découvrir toute la musique qu’elle écoute, c’est Lolo Zouai. Montez le volume, on a plein de trucs à écouter.

...on se demande si Fortnite ne vole pas un peu les rappeurs.

Fornite est accusé de vol. Le jeu vidéo en ligne au succès planétaire, joué par 78 millions de joueurs mensuels dans le monde, s’attire les foudres d’artistes noirs américains. Dans le jeu, les personnages que vous incarnez dansent quand vous le souhaitez. Et ces danses sont devenues célèbres dans le monde entier, comme celle d’Antoine Griezmann pour célébrer ses buts lors du mondial. Mais il y a un problème, ces danses sont en vérité des plagiats de chorégraphie célèbres. De plus, elles sont monétisées dans le jeu, c’est à dire que, pour avoir le droit de les danser, il faut payer.

Une de ces chorégraphie virtuelle est ainsi une copie conforme de celle de Donald Faison, qui joue Chris Turk dans la série Scrubs. Une autre encore est le mouvement de bras de Snoop Dogg dans le clip « Drop It Like Its Hot ». Aux États-Unis, les danses ne sont pas protégées par le copyright. Epic Games, le studio de Fortnite, a donc légalement le droit de les utiliser sans l’autorisation de leurs créateurs. Mais la polémique augmentant, des rappeurs comme BlocBoy JB ou 2 Milly, s’étant fait récupérer leurs chorégraphies dans leur clips, ont affirmé leur intention de porter plainte pour tenter de faire jurisprudence. En parallèle Chance The Rappeur a demandé à ce que les morceaux de rap associés aux danses soient, en compensation,  présentes dans le jeu pour une meilleure rétribution des revenus.
 

...on parle de Davido, grand vainqueur hier des All Africa Music Awards.

Ce weekend avait lieu les AFRIMA, All Africa Music Awards, 4ème édition d’un évènement musical extrêmement suivi en Afrique. Cet événement a lieu à Accra, au Ghana, mais son vainqueur, Davido, vient lui du Nigéria. Depuis une demi-décennie, il est la star incontestée de l’afropop. A 26 ans, cet artiste fait des centaines de millions de vues avec un succès allant de Lagos aux salles de danse du monde entier. Il vient d’être nommé meilleur artiste ouest africain. Du côté des femmes, c’est Sandra Nankoma qui est l’artiste de l’année et, elle, vient de l’Ouganda.

La cérémonie des AFRIMA est très importante, elle rassemble en effet des musiciens et des professionnels de tout le continent, notamment autour de conférences qui portent sur le développement de l’industrie musicale et l’unité possible entre les pays. Sachez que Maître Gims ou Aya Nakamura étaient, eux aussi, nominés mais n’ont rien gagné. Les autres vainqueurs des AFRIMA étant Fally Ipupa, Betty G, Falz ou 2Baba.

 

...on évoque un disque déjà culte de Metronomy.

Attention au coup de vieux… Rappelez vous l’album Nights Out de Metronomy, sorti il y a 10 ans. Et oui, 10 ans déjà. Pour leurs parts, les petites comptines électroniques qu’on retrouvait sur ce disque, elles,  n’ont pas pris une rides. La bonne nouvelle c’est que, en février 2019, paraîtra une réédition de l’album pour son 10ème anniversaire avec un bon nombre de morceaux bonus, de face B, de remix et d’inédits datant de cette époque. Bref de nouveaux morceaux pour rendre la nostalgie plus douce.

 

...on milite pour que le reggae figure au patrimoine de l’UNESCO.

Notre focus aujourd’hui, parle du reggae et de l’UNESCO. Parce que oui, le reggae ne fait pas encore partie des cultures reconnues comme patrimoniales par l’UNESCO. En cette période, le comité de sélection de l’Unesco est réuni à l’Île Maurice pour examiner 40 demandes d’inscription, dont celle, donc, de la plus fameuse des musiques jamaïcaines.

Sachez d’abord que le Patrimoine Culturel Immatériel, le PCI, sert à protéger, soutenir et immortaliser tout ce qui est pratiques, représentations, expressions et savoir-faire immatériels du monde entier. C’est-à-dire que cela inclut autant l’artisanat, les pratiques linguistiques ou, dans notre cas aujourd’hui, la musique. Parmi les musiques figurant déjà au patrimoine de l’UNESCO, on retrouve le dikopelo du Botswana, le zaouli ivoirien, la rumba cubaine ou encore le marimba caribéen. Soit autant des musiques traditionnelles menacées par la mondialisation et la modernité, que des grands genres faisant vendre beaucoup de disques.

D’ailleurs, lorsque l’on consulte cette liste, on est surpris que le reggae jamaïcain n’y figure pas déjà. Cela permettrait non seulement de protéger les archives, mais aussi de valoriser l’histoire du genre et celle de l’île. Un des argument phare pour souligner l’importance du reggae dans la culture immatérielle mondiale est de rappeler l’importance et l’influence de Bob Marley ou de Peter Tosh. Toutefois, l’importance de cette décision de l’UNESCO réside surtout dans la valorisation des autres artistes majeurs ayant, eux aussi, largement contribué à l’histoire musicale de l’île et du genre.

La tracklist

  • Burna boy - On the low
  • mxmtoon - I Feel Like Chet
  • Parcels - Lightenup (Breabot remix)
  • Martha & The Vandellas - Dancing in the street
  • Malik Djoudi - Tempérament
  • Nelick - Robe Rouge
  • They feat Jessie Reyez
  • Derya Yıldırım & Grup Şimşek - Oy Oy Emine
  • Kanye West - Heartless
  • Black Thought Feat Reek Ruffin Conception
  • Sho Madjozi - Huku
  • Octavian / Ross From Friends - Lightning

Visuel © pochette Nights Out - Metronomy

BAM BAM
Emissions

BAM BAM

par Sophie Marchand & Jean Morel
Lundi-vendredi, 18h00-19h30

Avec le musée du hip-hop, la transmission culturelle à l'ère numérique et les Stradivarius

BAM BAM : les Affaires Musicales du 20 février

Avec le musée du hip-hop, la transmission culturelle à l'ère numérique et les Stradivarius

Que des disques !

BAM BAM : les Affaires Musicales du 19 février

Que des disques !

Avec une vieille mixtape de Drake top charts, le morceau de Jeff Mills qui n'est pas le sien et le Melodifestivalen

BAM BAM : les Affaires Musicales du 18 décembre

Avec une vieille mixtape de Drake top charts, le morceau de Jeff Mills qui n'est pas le sien et le Melodifestivalen