Aller au contenu principal

L'altruisme testé en réalité virtuelle

La psychologie VR.

Par Morane Aubert

Une équipe de chercheurs, menée par Indrajeet Patil, teste les limites de l’altruisme avec un scénario-catastrophe simulé en réalité virtuelle.

Cette étude publiée sur le journal Neuropsychologia, analyse le comportement d’individus dans une situation extrême : dans une école, l’alarme sonne. Alors que vous parvenez à éviter les explosions, que vous respirez difficilement dans un nuage de fumée et que votre corps semble petit à petit défaillir, vous entendez une voix, une personne vous supplie de la secourir et de l’aider à se sortir d’un piège de débris. C’est là qu’il s’agit de faire un choix :

Pour que l’expérience soit vécue dans des conditions un brin réalistes, "l’environnement informatique a été caractérisée par des signaux audio-visuels intenses qui ont contribué à augmenter le réalisme expérimental de la situation d’une part, et le sentiment d’anxiété et de danger de l’autre" explique Indrajeet Patil. 

Il ajoute dans une interview au magazine Inverse : "Afin d’étudier la variété de types d’altruisme de manière éthique dans l’environnement contrôlé d’un laboratoire, nous avons créé une histoire et un environnement émotionnellement engageant en réalité virtuelle ".

À la suite de cette simulation, les sujets ont tous passé une IRM afin d’examiner leur cortex insulaire, un des lobes du cerveau, avant de livrer leur analyse :  "On a découvert que les gens qui s’engagent dans un comportement altruiste, non-réciproque et qui leur coûte beaucoup, qui implique de risquer la vie d’un inconnu, ont un cortex insulaire intérieur droit plus grand, comparé à celui de ceux qui préfèrent se sauver eux-mêmes, sans aider. "

Des recherches qui mettent en lumière le rôle joué par la compassion dans une prise de décision. Ou quand la réalité virtuelle permet à la science de rentrer dans votre cerveau. 

Visuel : (c) DR