Aller au contenu principal
Nouvo Nova : « Ettika (Compilation France Chébran Vol. 2) »

France Chébran Vol. 2 célèbre la diversité de la France des années 80

Nouvo Nova : « Ettika (Compilation France Chébran Vol. 2) »

Par La programmation musicale.

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté: le Nouvo Nova vous présente dorénavant les coups de coeurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : Ettika (Compilation France Chébran Vol. 2).

C’est l’histoire d’un 45 tours unique lancé dans la France des années 80 et tombé dans l’oubli. Du rap féminin en arabe et en français, sur une instru électronique de huit minutes, bref, quelque chose de jamais entendu à l’époque.

Au début de la décennie, Bernard Guéguan est fraîchement diplômé des Beaux-Arts. Employé dans un centre de formation professionnelle à Rouen, il se lance dans un projet artistique avec ses élèves, une trentaine de femmes de milieu populaire, pour beaucoup analphabètes et issues de l’immigration nord-africaine. En réponse à un concours, Guéguan les fait rapper des reprises de formules administratives en deux langues, comme un détournement humoristique des banalités entendues dans des entretiens d’embauche. L’enregistrement parviendra aux oreilles de Vally, alors chanteuse de Chagrin d’Amour, qui décide de le produire, avec aux claviers, l’arrangeur d’Alain Chamfort. Réduit à quatre chanteuses, la formation se fait appeler Ettika : leur seul 45 tours sort en 1984 et sera beaucoup soutenu à l’époque par un certain...Jean-François Bizot, qui les fera se produire aux fêtes d’Actuel.

Aujourd’hui, cette incroyable pièce de rap oriental et jouissif est déterrée par Born Bad Records sur le second volume de France Chébran, une compilation consacrée au French Boogie entre 1982 et 1989. Faisant la part belle aux artistes issus de l’immigration, ce second volet célèbre une époque métissée à l’heure des débuts du raï et du hip-hop en France, de l’explosion des radios libres et de la démocratisation de l’accès à la musique en milieu défavorisé. Une compilation dansante et détonnante.

Visuel : (c) Born Bad Records