Aller au contenu principal
Fabe contre les durs, les boss et les dombis

Fabe contre les durs, les boss et les dombis

Nova Classics : « Des durs, des boss... des dombis » de Fabe.

Par La programmation musicale.

Cet été, Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop.  Aujourd'hui : Nova Classics : « Des durs, des boss... des dombis » de Fabe.

En 1997, Fabe sort son deuxième album Le fond et la forme. Le gamin de Barbès est alors au sommet: membre du collectif La Scred Connexion, il multiplie les collaborations, apparaissant la même année sur L’Ecole du micro d’argent d’IAM. Défendant un rap conscient, politisé, Fabrice « l’impertinent » dénonce les abus de pouvoir du gouvernement Chirac et s’inscrit en opposition au « gangster rap » représenté par ses confrères les plus médiatisés.

Ainsi, dans Des durs, des boss… des donbis, il attaque à peu près toute la scène rap de l’époque, critiquant ceux qu’il jugent être poseurs et hypocrites: de Stomy Bugsy (en réponse au morceau de ce dernier, La guerre du rap), à NTM (ceux qui « jouent les pyromanes aux Bains Douches ») en passant bien sûr par son ennemi juré, Booba, le « gangster en toc » qui « parle d’avoir du cash [mais n’a] pas assez pour prendre un taxi ». Le ton virulent et moqueur est adouci par le superbe sample du Perfect Angel de Minnie Riperton, écrit par Stevie Wonder et paru sur son deuxième album du même nom, en 1974.