Aller au contenu principal
Et si on s'écoutait du funk napolitain des 70's ?

Et si on s'écoutait du funk napolitain des 70's ?

L'été, c'est toujours mieux en Italien.

Par Jean Morel

C'est au détour d'un bac à vinyle qu'on a pu mettre la main sur cette compilation, produite par Early Sounds Recordings en collaboration avec Nu Guinea Records : une exploration d'un Naples secret, celui des années 70 et 80, et de sa scène disco et funk.

Naples est une ville imperceptible, tellement vivante qu'elle finit toujours par échapper à ceux qui ne sont que de passage. Naples doit se vivre passionnément pour être comprise, assimilée, et surtout aimée.

Dans les méandres de la ville : le funk et le disco

Naples a une histoire riche, comme toute l'Italie, mais une histoire particulière : celle d'un port qui à la fois l'ouvre sur tout le monde et la rend unique. Naples est une ville de fête et de joie de vivre, pour surmonter souvent une existence difficile et des réalités sociales rudes. Si aujourd'hui, Naples est une des capitales du rap italien, il y a quarante ans, elle embrassait totalement la culture funk et disco, et des les méandres de la ville se cachaient alors des studios et des producteurs qui voulaient faire danser en italien dans le texte.

C'est une longue et passionnée exploration qui a menée la Famiglia Discocristiana et les équipes de Nu Guinea dans les pas de légendes d'un underground local, à dépoussiérer de vieilles cassettes, à écouter les anecdotes contées avec cet accent napolitain si typique pour retrouver des morceaux qui ne méritaient pas d'être oubliés… Tout en mesurant l'écueil que représente la volonté de raconter la musique d'une ville qui de toute façon est secrète pour toujours. Voilà néanmoins, avec Napoli Segreta Vol.1, neuf formidables morceaux qui ne sont qu'un aperitivo de l'océan musical que cachent les murs de Naples.

 Ce projet encyclopédique a également engendré d'autres ambitions dans la foulée. Marqués par cette recherche de disques et par les trouvailles compilés sur Napoli Segreta, Massimo Di Lena et Lucio Aquilina (les deux membres de Nu Guinea) ont continué d'être inspirés par leur ville de naissance. Alors que leur studio est désormais installé à Berlin, le duo napolitain a voulu, sans doute par nostalgie et mal du pays, recréer l'atmosphère de cette ville. Dans une démarche qui relie passé et futur, le duo s'immerge ainsi dans le son de l'époque afin de créer sa musique comme s'il avait fait partie de l'aventure funk napolitaine de cette époque. Et le résultat est d'une justesse rare.

Visuel : (c) Nu Guinea Records